Heathers 2018 ou comment faire de l’argent facilement ?

Dans mon article sur l’adaptation du manga « Death Note » en film, j’ai exposé mon opinion sur le fait suivant : si l’adaptation ne suit pas l’œuvre originale, ce n’est pas une mauvaise chose. Malheureusement, je n’étais pas préparée pour la suite.

Contextualisons : alors que je me balade sur Internet innocemment, je tombe sur ceci : une adaptation du film « Heathers » sorti en 1991. Je ne vous cache pas qu’il fait partie de mes films préférés, alors quand j’ai vu ça, ma surprise fut grande. Je cliquais donc sur le trailer disponible sur Youtube pour voir à quoi ressemblait cette adaptation moderne d’un film aussi fantastique.

Et là, c’est le drame.

Avant de commencer, laissez moi vous conter le film « Heathers » de 1991. C’est un film parodique sur les teens movie (des films pour adolescents qui parlent énormément de la vie au lycée en gros), un genre très populaire (mais néanmoins sur le déclin à la sortie du film) à l’époque.

Petit topo de l’histoire : Veronica est une lycéenne banale qui réussit à entrer dans le groupe de filles les plus populaires du lycée : les Heathers (oui elles s’appellent toutes Heather). Alors que sa popularité monte en flèche, elle rencontre Jason Dean, un espèce de bad boy ténébreux dont elle tombe amoureuse. Tout change quand la tête pensante des Heathers décide de pourrir sa réputation et c’est là que le film prend une tournure très sombre lorsque Jason et Veronica tuent accidentellement Heather. Je termine ici, vous pouvez voir le film en entier gratuitement sur Youtube, il est pas très long et au moins vous aurez vu un bon film et pas un blockbuster pour ados mal réalisé (je ne vise personne évidemment ahah)

Heathers-et-veronica.jpg
De gauche à droite : Heather, Heather, Heather et Veronica
téléchargement
Notre Jason Dean adoré

Bien, ceci étant fait, passons à l’analyse du trailer.

Celui-ci commence par Véronica qui commence par la phrase « Dear Diary » (« Cher journal ») qui est elle même la première phrase du film. Pour l’instant…ça va. Pour l’instant.

Ensuite elle nous parle des Heathers qui ont posé la question « Qui êtes-vous ?». Une autre référence au film original puisque les Heathers font la même chose (oui je vais faire ça à chaque fois que je vois une similitude, désolé !).

Ce fut donc le tour de Véronica de répondre , et là…c’est le début des enfers. Je vous mets la phrase en entier : Heather : «  Well suck my third nipple. If it isn’t Veronica Sawyer. How Banana Republic.» Peut-on s’arrêter sur le « suck my third nipple » (je ne veux pas traduire ça). Une question : qui parle comme ça ? Aaaaah je vois, très bien. En réalité, les réalisateurs ont essayé de faire comme le film en plaçant des punchlines qu’ils trouvaient « cool ». Je m’explique, dans le film Heather dit « fuck me gently with a chainsaw » (je ne traduis pas non plus). La différence est que dans le film de ’91, elle collait avec le personnage et le contexte (vous allez voir que le contexte est très important dans cette critique) alors qu’ici, les réalisateurs nous l’ont juste jeté à la figure sans raisons en se disant « Regardez on est cool nous aussi hihihi ».

Bref je passe, scène suivante, parce que je commence à avoir une migraine.

On a donc un aperçu du groupe Heathers (sans Veronica). Et ceci est à mon goût le pire point de la série (oui c’est une série). Et on est qu’à 30 secondes sur 2 minutes 30 de trailer, accrochez-vous les enfants ! On entend une phrase du directeur du lycée « Fat kids can be popular? ». Rendez vous compte que le trailer se rend lui même compte des erreurs du film, c’est tout bonnement incroyable. Je m’explique, les Heathers sont composés  : d’une personne en surpoids (la tête pensante), d’une asiatique et d’un genderqueer (je suis sur un terrain glissant, j’ai peur). Rappelons que ce groupe est le plus populaire du lycée. Et c’est là que ça ne colle pas. La phrase du directeur est légitime : avez vous déjà vu une personne en surpoids ou une personne genderqueer ? (allez chercher la définition sur internet, je veux pas m’attarder dessus sinon cet article va être trop long). Pour une personne asiatique, je ne dis pas (9 % des asiatiques se font harcelés à l’école tout de même) mais pour les deux précédents, c’est très rare voire inexistant. 74,1 % des membres de la communauté LGBTQ+ s’est faite verbalement harcelée à l’école et 36,5 % physiquement harcelée. 63 % des femmes en surpoids au lycée se sont faites harcelées à cause de leur poids. Ces statistiques sont trop élevées pour que se scénario se produise dans un lycée, ça ne colle pas avec la réalité. Et même si c’est une fiction, il faut tout de même avoir les pieds sur terre. Je pense que le film a juste voulu faire plaisir aux membres un peu trop extrêmes des LGBTQ+ et des membres de Tumblr, réseau social où bien des insanités se produisent. Ce genre de personne qui t’insulte parce que tu est hétérosexuel, mais juste ça hein, tu ne décides pas de ta sexualité mais c’est de ta faute. Bref les réalisateurs ont trouvé un public facile à satisfaire puisqu’il suffit de mettre une personne homosexuelle dans un film (même dans un rôle secondaire) pour qu’ils vous donnent tous leurs biens tellement ils ne sont que joie et allégresse. Malgré ce message de tolérance envers ces communautés, les deux personnages principaux (Veronica et Jason), sont tous les deux blancs et minces. Ooups, message raté. Si vous vouliez faire un film vraiment tolérant, mettez ces personnages comme acteurs principaux, pas comme arguments de vente.

heathers-tv-reboot-2018-movie.jpg
De gauche à droie : Heather, Heather et Heather… non attendez : « Minorité ethnique », « Tumblr Girl » et « JE SUIS UN CLICHE HOMOSEXUEL C’EST TROP DRÔLE »

Et puis une prof sort « The preferred term is body-positive » (« le terme approprié est body-positive , en gros c’est quand tu acceptes ton corps lorsque tu sors de la norme, comme le surpoids) Mais oui Madame, parlez moi également de l’écriture inclusive et des 25 milliards de genre que je dois apprendre par cœur pour éviter de passer pour « une sale blanche hétérosexuelle cisgenre membre de la fachosphère. »

Bref continuons, il se passe des trucs sans intérêts pendant 10 secondes (Un peu comme cette série en fait)

Et enfin apparaît notre Jason Dean national qui finira par m’achever.

Veronica : « I like your whole rebel thing ». Veronica fait référence au fait que Jason est un tout petit peu psychopathe sur les bords, mais un peu hein (assez pour faire une dizaine de meurtres bien calculés entendons nous bien hein rien d’exceptionel). Ironique quand on sait que la Veronica de ’91 dira « Do you actually think you’re a rebel ? You’re not a rebel, you’re a f*cking psychotic » (« Tu penses réellement être un rebelle ? T’es pas un rebelle, t’es un p*tin de psychopathe »). Personnellement je trouve ça ironique, et ces deux phrases mises côte à côte montrent bien l’état d’esprit de chaque film (et montrent accessoirement celui qui est réussi et celui qui ne l’est pas)

Bref ensuite ils prévoient de tuer Heather, il se passe les mêmes choses que dans l’ancien film, mais en moins bien.

Attardons-nous un instant sur la phrase de Heather (celui qui est queer, qui au passage est très cliché pour un homosexuel mais tout ça me fatigue) : « I was hoping all the sex you’re having would finally deep dick the quote of the day out of you, but I guess not » Je ne sais pas ce que ça veut dire, je ne veux pas le savoir mais j’aimerais savoir qui parle comme ça dans la vraie vie. Les dialogues de cette série sont tous des punchlines balancées à la volée sans contexte, ce qui rend les personnages ridicules alors qu’ils essayent de paraître « cools », sauf que ça ne marche pas.

Le reste est sans intérêt, et de toute manière si je continue, ce trailer aura raison de moi et de ma santé mentale.

Mais attendez, je n’ai pas terminé enfin ! Il me faut revenir sur quelques points : les deux personnages principaux, car oui, il y a des problèmes partout. Pour commencer, Veronica est…banale. Rien chez elle n’a l’air de la distinguer des autres. Certes le spectateur peut s’identifier à elle, mais on dirait juste une poupée Barbie qu’on a mis sur le plateau. Elle n’est pas intéressante, c’est comme si les antagonistes avaient pris sa personnalité (sauf qu’ils ont fait une overdose et ça donne des punchlines et dialogues exécrables). Pour finir, Jason est un espèce de bad boy mal fini qui tue parce qu’il a envie. Et c’est tout. Vous pensez qu’il manque quelque chose ? Moi aussi. Quelque chose comme un mobile peut-être ? Alors que le Jason de ’91 avait une raison a peu près valable (il n’y a jamais de raison pour tuer un être humain), celui de 2018 est juste une sorte de représentation de ce qu’est un tueur par les adolescents attirés par le noir et la mort. Il n’a aucune profondeur et sera sûrement relayé au second plan tant son inutilité est grande.

En conclusion, le trailer est sorti en janvier dernier et à reçu énormément de dislikes et de haine de la part des fans, montrant bien que PERSONNE ne veut de cette série. Pourtant le premier épisode est sorti le 3 mars. « Est ce que je l’ai vu ? » ahah. Plutôt mourir. Une prochaine fois peut-être. Dans tous les cas je termine ici.

rtyui.PNG
Traduction : Nous.ne.voulons.pas.ça

dfghjklhkjl

drfghjk
Toute la communauté vous déteste, arrêtez

Sources : Youtube (le trailer du film >ici<), obesityaction.org, pacer.org, pride.com, crictitoo.com, MBTI Zone

Votre humble serviteur

Hito

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s