Critique de la série Lucifer

Mesdames Messieurs bonsoir, je suis sûre que vous connaissez un ami qui, après une soirée un peu trop arrosée ou bien par la fatigue, a une idée qu’il trouve géniale et qu’il veut absolument réaliser, mais que vous, qui êtes sobre et avez toute votre tête, savez que c’est une mauvaise idée. Et bien dites-vous que je suis actuellement cette amie qui certes n’est pas ivre mais un peu beaucoup fatiguée et qui ne veut pas se coucher (ouuh l’adolescente rebelle qui refuse d’écouter papa et maman). Donc oui, j’ai comme l’impression que je vais écrire quelque chose de stupide, en même temps cela ne me changera pas de d’habitude. Du coup, cette introduction qui n’a aucun lien avec le thème que je veux aborder devient beaucoup trop longue et va prendre fin dès à présent.

En général, Petit Bout ne regarde pas beaucoup de séries, d’une part parce qu’elle a la flemme de regarder tous les épisodes, et que comme Petit Bout n’a pas de goût ou de chance à vous de voir, elle tombe le plus souvent sur des petites pépites en matière de nullité. Cependant, sa sœur ou celle qui a failli la tuer à la/le TGS, l’a grandement conseillé de regarder une série qu’elle trouvait géniale, et aussi parce qu’elle trouvait l’acteur pas désagréable à regarder. Du coup, comme elle n’avait plus rien à regarder, Petit Bout a suivi le conseil de sa sœur et a commencé à regarder la série qu’on lui avait conseillée : Lucifer.

Alors je ne parlerai pas de la bande dessinée parce qu’avant de faire mes recherches je ne savais même pas que la série se basait sur la BD, et aussi parce que je ne les ai pas lues. Comme ça c’est réglé, on peut passer à ce qui nous intéresse, la série.

source: www.filmstarts

Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est l’histoire de Lucifer, l’ange déchu, qui en a marre de sa routine en Enfer et qui décide de partir vivre à Los Angeles pour profiter un peu d’une vie de mortel. Et bien évidemment, sur Terre le Diable a un club, adore faire la fête, être entouré de jolies nanas et bien entendu comme tout humain normal il a un super pouvoir qui lui permet de faire dire aux gens leur plus sombre secret, le truc que tu gardes pour toi parce que tu en as un peu honte, lui il le sait. Sauf que ce super pouvoir ne marche pas sur une jeune femme, Chloe Decker, une inspectrice de police qu’il rencontre après l’assassinat d’une de ses protégées, et comme le Diable n’a rien d’autre à faire, il décide de résoudre des enquêtes policières avec sa nouvelle pote (ou victime, parce que la pauvre, quand même, elle se traîne un bon gros boulet)

L’histoire peut sembler maladroite, mais rassurez-vous c’est juste mon résumé qui donne cette impression. Les éléments s’enchaînent bien, et les genres policier et fantastique se mélangent étrangement bien.

Mais bon, comme je n’aime pas faire comme tout le monde, je vais commencer par énoncer les points négatifs de cette série, parce qu’il y en a quelques-uns.

Premièrement les enquêtes policières, qui durent chacune un épisode et qui sont d’une simplicité presque insultante pour le public. Franchement, même Petit Bout qui n’est pas très maligne arrive à trouver dès les premiers indices le meurtrier. Donc pour tous ceux ou celles qui voulaient de véritables énigmes, ce n’est pas dans Lucifer que vous en aurez. Un autre problème aussi c’est que comme un épisode est égal à un meurtre, il y a un certain plan qui se construit pour chaque épisode et qui est le même : quelques minutes dans la vie des personnages principaux, généralement Lucifer, puis pouf ! Le travail reprend et un meurtre a lieu, généralement coupé par des remarques qui se veulent drôles (et qui le sont généralement) de ce cher ange déchu, puis dénouement avec l’arrestation de l’assassin et enfin, un petit moment tranquille avec nos héros, qui permet d’en savoir un peu plus sur les personnages. Le problème donc, c’est qu’il y a une certaine linéarité dont on se doute dès le premier épisode, et la seule chose qui peut vous retenir de passer à un épisode suivant, c’est que les épisodes ne sont pas totalement indépendants les uns des autres. En effet le scénario se poursuit à chaque épisode, ce qui fait une sorte de mélange entre une série où les épisodes se suivent sans lien logique, et une série narrative dans laquelle on nous raconte une histoire tout au long des épisodes. Donc voilà, je dirais que ce sont les problèmes de cette série ; la simplicité des meurtres, la linéarité qui se crée au fil des épisodes et qui peut devenir répétitive.

Maintenant que Petit Bout a démonté cette série, on va passer aux points positifs de la série. Déjà, dès les premières minutes du premier épisode, on comprend très vite que les réalisateurs portent un soin tout particulier aux musiques et à l’ambiance que cela crée, et ça marche. On arrive à s’imprégner de cette ambiance un peu mystérieuse qui règne dans la série, et c’est vraiment rare que j’en vienne à chercher les musiques utilisées dans les séries. Un autre point positif, ce sont évidemment les acteurs, et plus précisément Tom Ellis qui joue Lucifer. Alors non je ne dirais pas « qu’il est troooop bô », parce que Petit Bout ne se lancera pas dans ce débat et ne donnera pas son avis (non, sérieusement les filles il n’est pas terrible et il est marié donc calmez vos pulsions). Par contre il interprète très bien son personnage, qui est un grand séducteur côtoyant l’excès et qui n’hésite pas à punir ceux qui ont péché, parce que ce n’est pas parce que le Diable est à la retraite qu’il n’a pas le droit de s’amuser un peu. Mais pour autant, derrière ces airs d’homme mature, il n’en reste pas moins un grand enfant faussement niais qui essaie de comprendre les humains et de se comprendre lui-même. Il est celui qui ne prend pas sa vie au sérieux et qui, entre deux dialogues trop sérieux, ne peut s’empêcher d’apporter quelques remarques subtiles et drôles. Certains critiqueront surement le rôle de bouffon que lui ont donnés les scénaristes et réalisateurs, mais cela apporte une certaine fraîcheur, et n’empêche pas le téléspectateur de s’attacher à ce personnage mystérieux qui ne cherche qu’à fuir le rôle de monstre et de tortionnaire que son Père lui a collé, son Père qui n’est autre que Dieu je vous rappelle au cas où. Au final, on rit avec lui et on finit par s’attacher à ce personnage qui se cherche lui-même. Les personnages secondaires sont tout aussi intéressants, ils ne servent pas juste à mettre en valeur les protagonistes, ils apportent leur point de vue et partagent leur appréhension et peur avec les téléspectateurs. De plus, bien que la série puisse sembler se baser sur la religion, cette dernière est peu présente dans les épisodes, et sert uniquement à en apprendre plus sur Lucifer ainsi que ses proches divins ou démoniaques. Cela ne fait en aucun cas l’apologie du christianisme, à moins que les sataniques soient derrière cette série et souhaitent dé diaboliser le Malin (« dé diaboliser le Malin », c’est drôle parce qu’il est mauvais de base lol mdr jpp de faire des jeux de mots nuls). Et surtout, depuis tout à l’heure je vous parle de blagues, de rigolades, mais un autre point fort de cette série c’est qu’elle n’est pas basée que sur l’humour, elle sait aussi être sérieuse lorsqu’il faut l’être, et certains moments sont très touchants. Cette série utilise intelligemment humour, sérieux et tragédie et le fait coordonner en toute harmonie, elle alterne entre joie et doute, rire et pleurs, espoir et désespoir.

Donc pour récapituler, ce n’est pas la série policière la plus folle et la plus ingénieuse, mais au final cela sert de base pour poser l’ambiance et je pense qu’il faut davantage voir cette série comme humoristique. Petit Bout a beaucoup ri en regardant cette série, et bien qu’elle puisse sembler répétitive, les actions s’enchaînent bien et les blagues ne sont pas utilisées de manière abusive, et lorsque c’est le cas, c’est utilisé comme gag ou avertissement.

Donc (ça commence à faire beaucoup de « donc » vous ne trouvez pas ?) Petit Bout conseille cette série qui n’est pas parfaite mais quand même assez drôle et un peu émouvante, même si (spoiler alert) il y a un peu beaucoup de romance, une histoire d’amour c’est bien, après c’est trop, c’est comme les triangles amoureux et les quiproquos, c’est insupportable et ça donne des envies de meurtres. Alors on arrête les multiples romances, par contre vous pouvez continuer les blagues sur le sexe, parce que c’est drôle.

neripetitbout.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s