Coopek, la monnaie complémentaire numérique

Depuis le mois d’avril 2016, une idée germe dans la commune du Séquestre, non loin d’Albi : le Coopek. Il s’agit d’une monnaie complémentaire à l’euro, qui se définit comme une monnaie “d’échange”, non de spéculation, favorisant la création de richesse à l’échelle locale, et favorisant le développement du tissus associatif local.

La monnaie est entièrement numérique, elle est indexée sur l’euro, de telle sorte qu’un euro vaut un Coopek. Ensuite le fonctionnement est relativement simple, il suffit de souscrire à la SCIC Coopek, suivant le régime que vous souhaitez, entreprise, particulier ou association, une adhésion peut aller de 50 à 100 €, vous pouvez grâce à ça convertir des euros en Coopeks et inversement, et les dépenser dans les commerces qui acceptent cette monnaie. A chaque fois que vous convertissez des euros en Coopeks, vous obtenez 5% de bonification et 5% que vous pouvez reverser à une association de votre choix, autrement dit pour 100€ convertis en Coopek vous obtenez 105 coopeks et vous faites un don de 5 coopeks à l’association de votre choix.

La volonté de ne pas être une monnaie spéculative, d’être seulement une monnaie “d’échange” peut être cependant critiquée. En effet si seulement “2% de l’euro” est utilisé à cette fin le coopek n’a pas dans sa définition la capacité de dépasser significativement ce pourcentage. 1 euro valant 1,05 coopek après conversion, si tous les euros servant de monnaie “d’échange” sont convertis cette somme ne pourra pas représenter plus de 2,1% de l’euros total, et encore nous sommes dans le cas où tous les euros sont convertis dans la zone euro, or le coopek pour l’instant ne se développe qu’en France, ce qui réduit encore la part d’augmentation de l’euro, via le coopek, comme monnaie d’échange. Le coopek ne peut pas non plus forcer celui qui le reçoit, une entreprise par exemple, à ne pas spéculer, ce dernier peut reconvertir ses coopeks en euros et retourner dans le domaine spéculatif. La monnaie semblerait prêcher les convaincus car rien n’empêche de consommer local si vous utilisez l’euro.

Son aspect qui semble le moins sujet à critique est le don à une association. Il est agréable de penser qu’en souhaitant consommer local nous aidons aussi des associations.

Justin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s